SAVOIR-VIVRE

Du gentleman et de la galanterie

3 December 2017
Classy colibri on gentlemen

Click here for English version

Gentleman et savoir-vivre

Chez le gentleman, le savoir-vivre n’est pas qu’une façon de faire, c’est une façon d’être. Ses manières reflètent son caractère et les valeurs qui lui sont chères, telles que le respect, la loyauté, l’honneur et le courage.

Du Moyen Age à l’Angleterre du 18e siècle, le gentleman se distinguait des autres hommes par ses qualités personnelles tout autant que par son appartenance à une certaine classe sociale. Au fil des siècles qui suivirent, ce sont son comportement, son éducation, son ouverture d’esprit et ses manières qui ont caractérisé le gentleman, bien plus que son rang social.

« Les manières font l’homme. »  William Horman

Le gentleman existe toujours aujourd’hui. Il se distingue par son calme, son savoir-vivre, ses bonnes manières et son stoïcisme face aux maux qu’il ne peut éviter. Le gentleman s’efforce d’agir de manière réfléchie, élégante et distinguée. Il est suffisamment cultivé pour traiter tous les gens autour de lui avec le même respect, peu importe l’échelon de l’échelle sociale sur lequel ils se trouvent.

Petit garçon, quelque part dans son cœur d’enfant nait le désir de se lancer dans une grande aventure, de combattre un dragon et de sauver une princesse… Devenu homme, il aspire à s’élever, à devenir une meilleure version de lui-même.

Si l’on devait lui manquer de respect, le gentleman s’efforcerait d’être grand et de ne pas s’abaisser au niveau de l’autre. Pour paraphraser Gordon Sumner (alias Sting), « il faut être un homme pour sourire et ne pas faire cas de l’ignorance des autres. Sois toi-même quoiqu’ils disent. »

« It takes a man to suffer ignorance and smile, be yourself no matter what they say.
Confront your enemies, avoid them when you can. A gentleman will walk but never run. »    
Gordon Sumner (alias Sting), Englishman in New York

Gentleman et galanterie

Le gentleman ne peut qu’être chevaleresque et galant.

L’origine française du terme chevaleresque remonte au Moyen Age et à ses nobles chevaliers en armures étincelantes qui, à la guerre comme à la cour et à l’église, défendaient l’honneur, le respect, la bravoure et la loyauté. L’étymologie du mot, cependant, ne reflète pas tout ce que la chevalerie, vue à travers le prisme des idéaux littéraires et poétiques, est sensée représenter. La chevalerie, la galanterie, est un code de conduite qui continue à influencer notre monde. Loin de se limiter au respect de la gente féminine, la galanterie signifie aussi se comporter avec dignité et honneur, défendre les faibles et prôner la justice et la charité.

Un homme galant, un gentleman, est un homme dont les valeurs et le savoir-vivre dictent son attitude envers les autres – femme ou homme, amoureuse ou inconnu(e). Lorsque le gentlemen fait preuve de galanterie envers une femme, c’est une marque de respect et d’attention, un désir de s’élever et de rendre le moment plus beau.

La galanterie n’est pas du sexisme bienveillant ; ce n’est pas un sombre et sinistre rappel que les hommes se croient le sexe fort. La galanterie et le féminisme ne sont pas incompatibles : la croyance en l’égalité des sexes sur les plans social, économique et politique ne va pas à l’encontre de la prévoyance et du respect. Le discours du politiquement correct ne peut pas nier les différences entre les sexes, ces différences-mêmes qui rendent la vie riche et passionnante.           Elle-colibri

ARTICLE SIMILAIRE : Quelques règles de savoir-vivre et de savoir-plaire écrit par Lui-colibri.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Comment

*