INSPIRATION

Float like a butterfly, sting like a bee | Mohamed Ali

16 August 2017
Mohamed Ali by classy colibri

Click here for English version

Parlons un peu d’inspiration. Dans un monde où tout va si vite, où la télévision nous bombarde d’émissions dont l’élégance et les valeurs se situent souvent au niveau du caniveau, laissons un instant Cyril Hanouna et Arthur pour se plonger dans quelques histoires de vie inspirantes de personnages hors du commun.

Mohamed Ali devrait être pour les jeunes générations une source d’inspiration, cela même s’il a agit comme un fanfaron dans ses jeunes années. Au-delà de ses performances sportives, son goût du spectacle, sa personnalité provocatrice, ses prises de positions religieuses et politiques, et son destin personnel extraordinaire en font un personnage inspirant et motivant.

Né Cassius Marcellus Clay Jr. en 1942 à Louisville, Kentucky, il change son nom en Muhammad Ali (Mohamed Ali) à l’âge de 22 ans, après s’être converti à l’Islam. Grâce à ses compétences et sa personnalité hors du commun, Mohamed Ali devient un des athlètes les plus célèbres dans le monde entier. Il est considéré comme l’un des plus grands boxeurs de l’histoire.

Icône du sport mondial, Mohamed Ali a été à la fois adulé et vilipendé. Médaillé d’or olympique des mi-lourds à 18 ans, il déclare déjà :

« Je suis le plus grand. »

Champion du monde des poids lourds pour la première fois en 1967, il n’aura de cesse de pigmenter sa carrière impressionnante (108 combats pour 100 victoires) de déclarations tantôt philosophiques, tantôt poétiques, tantôt provocatrices, dont le fameux :

« Vole come le papillon, pique comme l’abeille, oh, et vas-y cogne, mon gars, cogne !  »

Ce slogan décrit son style de combat peu orthodoxe pour un poids lourd, employant des techniques telles que le shuffle Ali, le rope-dope, ainsi que la déstabilisation de ses rivaux par les mots, le trash talking.

Quand il refuse de s’enrôler dans l’armée américaine lors de la guerre du Vietnam, Mohamed Ali est vilipendé par une majorité de l’opinion publique américaine, tout en étant considéré par d’autres comme un pilier de la contre-culture et un champion de la cause des Noirs qui se battent alors pour l’égalité des droits. Il déclare :

« Je n’ai pas de problème avec les Vietcongs. »

« Dans le ring, il y a un arbitre pour arrêter le combat si un combattant risque d’être trop blessé. La boxe n’a rien à voir avec la guerre et ses mitrailleuses, ses bazookas, ses grenades et ses bombardiers. »

Condamné pour ses propos antimilitaristes, Mohamed Ali échappe à la prison mais est dépossédé de son titre mondial et de sa licence de boxe.  Il ne combat plus pendant près de quatre ans. Il déclarera :

« Ils ont fait ce qu’ils pensaient juste, et j’ai fait ce que je pensais juste. »

Son appel est finalement reçu par la cour suprême américaine et Mohamed Ali peut alors reprendre les combats. Ali redevient champion du monde en 1974, réunifiant les titres WBA et WBC lors de sa victoire par KO au 8e round sur George Foreman lors du mythique rumble in the jungle à Kinshasa. Trois combats disputés contre son rival Joe Frazier sont considérés parmi les plus grands combats de l’histoire de la boxe.

Surnommé The Greatest, Mohamed Ali devient le premier triple champion du monde poids lourds. Atteint de la maladie de Parkinson qu’il expose devant le monde entier lorsqu’il allume la vasque olympique à Atlanta en 1996, Mohamed Ali s’éteint 3 juin 2016 à l’âge de 74 ans, ayant passé la deuxième partie de sa vie à se consacrer à des oeuvres humanitaires.           Lui-colibri

 


« On ne devient pas champion dans un gymnase. On devient champion grâce à ce qu’on ressent ; un désir, un rêve, une vision. On doit avoir du talent et de la technique. Mais le talent doit être plus fort que la technique. »

« Je détestais chaque minute d’entrainement mais je me disais : N’abandonne pas. Endure maintenant et vis le restant de ta vie en tant que champion. »

« Qui n’a pas d’imagination n’a pas d’ailes. »

« Qui a la même vision du monde à vingt ans qu’à cinquante, a perdu trente ans de sa vie. »

« Si jamais tu rêves de me battre, il vaut mieux pour toi que tu te réveilles et viennes t’excuser. »

« L’âge n’est rien d’autre que ce que vous en pensez. Vous êtes aussi vieux que vous estimez l’être. »

« Je suis le plus grand, je suis le meilleur, la seule différence avec les autres champions, c’est que moi je n’ai pas encore commencé à jouer. »

« A la maison je suis un bon gars, mais je ne veux pas que cela se sache. Les gens humbles ne vont jamais très loin. »

You Might Also Like

No Comments

Leave a Comment

*